Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La cuisine de Papada
  • : Papada c'est pour dire Papa d'Amour ! C'est comme ça que mes enfants m'appellaient quand ils étaient plus petits et que je leur préparais plein de petits plats inventifs pour leur faire plaisir. Ils ont grandi mais ils adorent toujours mes petits plats ! Alors pourquoi ne pas vous faire partager mes trouvailes ou mes grands classiques ?
  • Contact

Recherche

6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 07:00
C'est exactement avec ce genre de bouteille qu'on peut jauger de la grandeur d'un vigneron.

Est-il encore besoin de présenter Jean françois COCHE-DURY, le plus génial vinificateur de vins blancs de Bourgogne, donc du monde !

Mais ce que l'on sait moins, c'est qu'il excelle à produire de formidables vins rouges.
La modestie des terroirs qu'il cultive ne lui permet pas de rivaliser avec les plus grands noms du vignoble, mais on se prend à rêver de ce qu'il saurait faire s'il avait quelques parcelles à VOSNE ROMANEE ou à CHAMBOLLE MUSIGNY ...

Quand on voit ce qu'il est capable de faire sur des appellations aussi modestes que MONTHELIE ou AUXEY DURESSES, on n'a guère de mal à imaginer ce qu'il accomplirait ailleurs.

Ce soir, j'avais un AUXEY DURESSES du millésime 2000. Millésime, on le sait, abondant et généreux qui n'a pas permis de donner des vins concentrés, et dont la maturité des raisins a parfois été problématique chez ceux qui n'ont pas taillé court !

Ce n'est pas le cas de Jean-François, toujours très scrupuleux et respectueux de la nature. Il n'essaiera jamais de donner artificiellement à ses vins des caractères qu'ils ne peuvent avoir. Alors, il joue sur l'élégance, la finesse et les parfums.

Cet AUXEY DURESSES exhalait de suaves senteurs de fruits rouges aux arômes secondaires bien développés, de petites pointes florales réhaussaient le bouquet et formaient une combinaison d'arômes extrêmement séduisante.

En bouche, tout n'était, comme dit le poême, que douceur, calme et volupté ! L'élégance du Pinot noir se trouvait magnifiée, la rondeur ne trahissait aucun défaut, il y avait de la chair, un peu de gras, une belle force toute contenue qui se déclinait en variations subtiles.

Difficile de faire mieux dans cette appellation et ce millésime. Ce vin procurait un plaisir incroyable en regard de son origine, grâce à ce nez, ce corps et cette longueur.

Un travail de pur orfèvre !

Partager cet article

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article

commentaires