Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La cuisine de Papada
  • : Papada c'est pour dire Papa d'Amour ! C'est comme ça que mes enfants m'appellaient quand ils étaient plus petits et que je leur préparais plein de petits plats inventifs pour leur faire plaisir. Ils ont grandi mais ils adorent toujours mes petits plats ! Alors pourquoi ne pas vous faire partager mes trouvailes ou mes grands classiques ?
  • Contact

Recherche

19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 07:02

Chaumees-96-NIELLON--500-.jpgEn voilà un titre à rallonge !!

 

Cela faisait longtemps que je n'avais pas testé cette bouteille. Il faut dire que je bois peu de vins du millésime 1996 que ce soit à Bordeaux ou en Bourgogne d'ailleurs, mais pour des raisons bien différentes.

 

A Bordeaux, c'est un très grand millésime sur la rive gauche (Médoc) avec des vins très fermés, puissants, dotés de beaucoup de tannins.

En Bourgogne, c'est une année qui a donné des vins possédant une acidité assez exceptionnelle, mais tempérée par une matière qui devrait permettre pour les grands vins blancs, de tenir le coup, le temps que les vins s'arrondissent.

 

Bref, une année délicate, décrétée excellente en Bourgogne, mais qui devrait d'avérer un peu moins grand que ce que l'on imagine, au moins pour les vins rouges.

 Chaumees-96-NIELLON--2---500-.jpg

En ce qui concerne les blancs de Bourgogne, on peut avoir des espoirs plus sérieux, mais ce sont des vins  à observer de près.

 

La seule crainte étant que l'acidité soit toujours omniprésente et que le fruit se fane avant qu'elle ne s'adoucisse.

 

Rien n'est joué, mais j'ai le sentiment que ce sera quoi qu'on en dise un très grand millésime de blanc Bourguignon.

 

La bouteille que j'ai bue ce soir m'a confirmé ce sentiment que j'ai eu dès la naissance de ce millésime.
Je me souviens l'avoir goûté au tonneau chez les meilleurs producteurs, et j'ai encore en mémoire les fantastiques arômes de fruits exotiques, et d'agrumes qui ont vraiment marqué ce millésime.

 

Michel NIELLON est un grand viticulteur pas très connu en France car pendant très longtemps il vendait la totalité de ses vins à l'export, où il était une véritable star. Depuis, il a un peu corrigé le tir et réservé une partie ( - de 10%) pour le marché Français, si bien qu'on peut en trouver un peu sur le territoire national.

 

Ce premier cru "les Chaumées-Clos de la Truffière" figure parmi les meilleurs premiers crus de Chassagne, et chez Michel NIELLON, il est, en plus, planté avec les plus vieilles vignes du dimaine (supérieur à 60 ans d'âge en moyenne !!!)

 Chaumees-96-NIELLON--1---500-.jpg

Au nez, on sent une vraie tension, ainsi que quelques arômes secondaires qui s'installent, preuve que le vin a entamé une bonne évolution.

Toutefois, ce sont encore essentiellement des arômes d'agrumes et un poil exotiques qui dominent, accompagnés par des nuances minérales assez puissantes.

 

En bouche, la matière s'impose. C'est gras, volumineux, tendu, et là aussi, l'impression reflète parfaitement le nez.

 

C'est un vin sérieux, profond, qui commence à peine à livrer ses secrets. Pourtant il a 14 ans ! Mais dans un millésime pareil, c'est encore bien jeune.

 

J'ai bien apprécié cette énergie, cette matière, cete ensemble qui dévoile un vin en plein devenir. Aucune trace de déséquilibre, juste une harmonie qui se dessine au fur et à mesure que ce vin digère son acidité et laisse transparaitre son fruit.

 

Il n'est pas encore à point, mais d'ici deux à trois ans il devrait affirmer encore plus sont caractère.

 

En tout cas, c'est de la belle ouvrage !

Partager cet article

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article

commentaires