Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La cuisine de Papada
  • : Papada c'est pour dire Papa d'Amour ! C'est comme ça que mes enfants m'appellaient quand ils étaient plus petits et que je leur préparais plein de petits plats inventifs pour leur faire plaisir. Ils ont grandi mais ils adorent toujours mes petits plats ! Alors pourquoi ne pas vous faire partager mes trouvailes ou mes grands classiques ?
  • Contact

Recherche

12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 07:02

Perrieres-2007-DANCER-Presentation--500-.jpgA Meursault, le 1er cru "les Perrières" est considéré comme une des rares erreurs du classement des vins de Bourgogne (qui date de 1936) et beaucoup disent aujourd'hui qu'il faudrait qu'il soit classé en Grand Cru tellement il est supérieur aux autres premiers crus.

 

La réalité de ceci vient peut-être du fait que Meursault est le seul grand village de la Côte de Beaune à n'avoir aucun grand cru (alors que Chassagne et Puligny en sont pourvus) et que ceci est mal vécu par les vignerons du village...

Perrieres-2007-DANCER-Etiquette--500-.jpg 

Bref, au delà de ces querelles de clochers, il faut reconnaitre la supériorité du climat "'Perrières" sur les autres, ceci étant "aggravé (dans le meilleur sens du terme) par le fait que les meilleurs vignerons de Meursault (COCHE DURY, COMTES LAFON, ROULOT) y possèdent des parcelles et donnent à ce vin une ampleur et une race exceptionnelles.

 

Vincent DANCER est situé sur Chassagne. Ce vigneron étrange et attachant fait preuve d'un très grand talent dans la conduite de ses cuvées, et produit des vins magnifiques, dont celui que j'ai bu aujourd'hui.

 Perrieres-2007-DANCER-gros-plan-etiq--500-.jpg

L'étiquette est à l'image du vigneron...totalement décalée. L'anti-conformisme de Vincent DANCER s'arrête toutefois à la porte de la cuverie. Là, il façonne ses cuvées avec beaucoup de respect et de rigueur.

 

Le nez de ce Meursault "Perrières" 2007 présentait de belles notes vives au nez, un peu agrumes, un peu fruits blancs, et de subtiles notes de fleurs blanches accompagnaient l'ensemble.

 

En bouche, on sentait d'abord la vivacité, puis le vin s'exprimait généreusement mais dans un style assez tendu, comme pour rappeler que c'était un peu criminel de boire un tel vin aussi jeune.

 

La fine expression de bouche témoignait bien de la race du climat. On avait des sensations de cailloux à sucer, (mais pas à croquer fort heureusement !  ) et la fin de bouche conservait cet aspect sérieux avant de déboucher sur une minéralité très précise et délicate.

 Perrieres-2007-DANCER-contre-etiquette--500-.jpg

Bref, un beau vin qui faisait honneur à son terroir, et qui sera surement remarquable d'ici quelques années, car il faut le laisser vieillir bien évidemment.

 

Mais au prix où il était à la carte d'un restaurant, je n'allais tout de même pas laisser passer un tel plaisir !

Partager cet article

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article

commentaires