Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La cuisine de Papada
  • : Papada c'est pour dire Papa d'Amour ! C'est comme ça que mes enfants m'appellaient quand ils étaient plus petits et que je leur préparais plein de petits plats inventifs pour leur faire plaisir. Ils ont grandi mais ils adorent toujours mes petits plats ! Alors pourquoi ne pas vous faire partager mes trouvailes ou mes grands classiques ?
  • Contact

Recherche

27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 07:00
C'est l'autre bouteille légendaire que j'ai bu l'autre soir pour fêter un grand truc. Mais celle ci a tenu toutes ses promesses. Je n'ai qu'un seul regret, c'est que c'était l'unique bouteille que j'avais, et ne pourrai donc rééditer le moment (sauf si un des lecteurs de ce blog en possède chez lui et décide de m'inviter !  (eh eh...on peut rêver)

Bref, le Meursault "Perrières" de Jean François COCHE DURY fait partie de ces vins de légende que chacun rêve de boire. Seulement voilà, non seulement il y en  a très peu, mais en plus, si vous ne l'achetez pas directement à la propriété, vous allez payer une fortune.

Cette bouteille, je l'avais acquise chez un caviste il y a une quinzaine d'années, et le prix n'était pas encore ce qu'il est devenu ensuite.
Le millésime 90 était fantastique pour les rouges tant en Bourgogne qu'à Bordeaux, mais pour les blancs de Bourgogne, il n'a jamais été considéré comme un très grand millésime. Bon certes, voire très bon, mais pas grand.

Pas grave, ça permet d'attendre un peu moins ! Là, la boutiellle avait quand meme 19 ans, cela devait approcher de la parfaite maturité, mais comment être sur quand on n'a qu'une bouteille ? eh bien...l'ouvrir pardi!

Ca nous a fait l'apéro...même les mômes y ont eu droit.
Une belle robe d'or en fusion, et un nez qui exprime une forte minéralité, comme si vous sentiez des cailloux (on a tous senti des cailloux quand on était petit, comme on en a tous sucé n'est-ce pas?) mais cette minéralité est entourée d'aspects floraux très complexes qui viennent se mêler et donnent une impression d'ensemble remarquable ! J'avais du mal à sortir mon nez de ce parfum subtil et puissant c'est vous dire.

En bouche, le vin offrait cette fois ci un goût particulièrement minéral, les fleurs étaient largement au second plan, c'est l'aspect silex (assez doux toutefois) qui dominait, mais ce qui frappait aussi, c'était l'aspect très gras du vin, une texture presque huileuse, typique des très grands Meursault.

Quel plaisir ! et quelle longueur magnifique qui n'en finissait plus d'allonger les perceptions...

Vraiment un grand moment que je vous recommande chaudement...(bon là, je reconnais que je fais un peu de provocation car pour trouver une bouteille comme celle là, non seulement c'est très difficile, mais si par bonheur on la déniche, il faut casser la tirelire)
Mais j'espère vous en avoir fait partager un peu de sa saveur en vous livrant mes impressions !

Partager cet article

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article

commentaires

fredybeans 21/02/2010 20:59


Là tu as fais tres fort. Je m'y croyais en lisant ton post.
Eh oui un toucher de bouche fantastique, une mineralité qui prend le dessus... J'imagine le grand moment