Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La cuisine de Papada
  • : Papada c'est pour dire Papa d'Amour ! C'est comme ça que mes enfants m'appellaient quand ils étaient plus petits et que je leur préparais plein de petits plats inventifs pour leur faire plaisir. Ils ont grandi mais ils adorent toujours mes petits plats ! Alors pourquoi ne pas vous faire partager mes trouvailes ou mes grands classiques ?
  • Contact

Recherche

19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 15:02

Perrieres-2009-JFCD-Presentation--500-.jpgJe sais que beaucoup vont crier à l'infanticide, et je confesse qu'ils ont absolument raison !

 

Seulement voilà, j'ai des circonstances atténuantes, laissez moi juste vous les développer...

 

La principale, c'est que j'ai trouvé ce vin à la carte d'un restaurant, donc, on peut raconter ce que l'on voudra, il n'aurait pas fait long feu à la carte. D'ailleurs, j'ai bu la dernière bouteille. Le restaurateur ne risquait pas de la laisser vieillir la dizaine d'années (au minimum) qu'il conviendrait en pareil cas pour qu'elle atteigne son apogée)

Perrieres-2009-JFCD-collerette-millesime--500-.jpg 

Secundo, le prix était renversant (de douceur !!).

 

Tertio : cela allait parfaitement avec un repas axé sur le poisson et les produits de la mer.

 

Vous êtes convaincus désormais ? Ah...merci !

 

Parlons un peu de cette légende, ce vin mythique dont tout le monde parle mais que très peu ont bu.

 

D'abord, à Meursault, il faut savoir qu'il n'existe aucun GRAND CRU sur le territoire de la commune, (à la différence de Chassagne Montrachet et Puligny Montrachet, les deux prestigieux voisins), mais beaucoup s'accordent à dire que si une révision devait être opérée dans le classement, le climat des "Perrières" accèderait surement au statut de grand cru.

 

Sa finesse, son allonge, sa pureté d'expression sont d'un incroyable raffinement.

Et quand un tel cru est mis dans les mains de gens aussi extraordinaires que la famille COCHE DURY, on confine au sublime...

 

Le nez présentait des notes florales discrètes mais constantes, et surtout une minéralité presque saline, qui allait en se renforçant au fur et à mesure que le vin respirait dans le verre.

 Perrieres-2009-JFCD-ds-verre--500-.jpg

Un nez très pur, presque iodé, avec ce qu'il faut de vivacité pour compenser la richesse du millésime.

 

C'est en bouche qu'il s'est montré le plus impressionnant. Un vrai fauve tapi dans l'ombre qui tout d'un coup est libéré et vous assaille de sensations diverses, alternant la richesse, la puissance, la très grande finesse, et toujours ce côté salin qui fait saliver, et qui n'est que la traduction de la magnifique expression minérale  du terroir.

 

Un vin qui rebondit en bouche et laisse systématiquement son empreinte minérale, comme un sillon dans un champ fraichement labouré.

Perrieres-2009-JFCD--7---500-.jpgSauf que là, le sillon c'était mon palais !

 

Très long mais dans un registre de finesse et de tension, jamais trop exubérant, un vin d'esprit, un vin qui parle au coeur...

 

Ah oui, je me suis régalé, mais vous l'aviez surement compris n'est-ce pas ?

Partager cet article

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article

commentaires

Bacchus 22/06/2013 19:58

Wouah, quelle chance d'avoir bu une telle bouteille. Le graal pour tout amateur qui se respecte!! Jamais goûté.
J'aurais fait comme toi si j'ai trouve cette rareté sur la carte d'un restaurant à prix "sympa".
Je comprends que tu te sois régalé et ton commentaire en est la preuve.
Bon week-end.

papada 11/01/2014 15:02



Par contre...j'ai essayé de retourner au meme endroit mais ils n'en avaient plus...snif !