Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La cuisine de Papada
  • : Papada c'est pour dire Papa d'Amour ! C'est comme ça que mes enfants m'appellaient quand ils étaient plus petits et que je leur préparais plein de petits plats inventifs pour leur faire plaisir. Ils ont grandi mais ils adorent toujours mes petits plats ! Alors pourquoi ne pas vous faire partager mes trouvailes ou mes grands classiques ?
  • Contact

Recherche

9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 07:02

Nuits-87-rouget--500-.jpgCela n'a l'air de rien un tel vin...le millésime est plus que moyen en Bourgogne, l'appellation modeste, et pourtant j'étais extrêmement impatient de goûter cette bouteille !

 

Quelle pouvait être la raison d'une telle impatience ? Eh bien, quand on connait un peu la Bourgogne (plus qu'un peu, d'ailleurs, pour savoir ce genre d'info) on sait qu'Emmanuel ROUGET est le neveu du plus grand vinificateur Bourguignon qui soit, en la personne de Henri JAYER !

 

Et si on connait beaucoup la Bourgogne, on sait aussi qu'Emmanuel n'était pas prédestiné à tenir un domaine, et que c'est son oncle (donc Henri JAYER)  qui est allé le chercher pour qu'il laisse tomber son métier de réparateur mécanique et prenne un domaine. Le tonton savait bien qu'il ne serait pas éternel, et avait envie de transmettre ce qu'il savait à son plus proche parent.

  Nuits-87-rouget--2---500-.jpg

Et en 1985, Emmanuel ROUGET a donc plaqué son métier pour venir faire du vin avec tonton...

 

Seulement voilà, il n'est pas tombé dedans quand il était petit et les premières années furent assez délicates, au point que le tonton a beaucoup oeuvré...sous le nom du neveu,

certes, mais sa patte est bien là, et même davantage.

 

Si bien qu'un Nuits St Georges 87 d'Emmanuel ROUGET c'est 10 % d'Emmanuel et 90 % du tonton disent les mauvaises langues. Je ne rentrerai pas dans ce débat, sinon pour vous dire ce que j'ai pensé de ce vin (après tout vous êtes là pour ça non ?)

 

La robe est bien soutenue mais laisse transparaitre un joli rubis qui tuile naturellement sur le bord. Le nez évoque les fruits confits et foisonne de ces arômes intenses que seuls les vieux Bourgogne savent donner.

 

En bouche, le vin se révèle d'une rare épaisseur, on dirait qu'il a légèrement confituré, et sa texture relativement épaisse imprègne magnifiquement le palais. Quelle densité, quelle puissance de fruit ! On est dans un monde où le fruit est tellement présent qu'il en sature les papilles...

 

Nuits-87-rouget--3---500-.jpgParvenir à vinifier le Pinot avec autant d'extraordinaire talent et offrir un vin pareil, mérite presque la légion d'honneur.

Quelle longueur immense sur des couches de fruits qui semblent ne jamais s'arrêter...

 

Une grande leçon de vin en tout cas, et soit Emmanuel est un génie qui a admirablement acquis les techniques du tonton en très peu de temps, soit les mauvaises langues ont raison.

 

Peu importe, ce qui était dans le verre ce soir représente une incroyable leçon de vin et suscite en tout cas une admiration certaine, surtout en regard du millésime et de l'appellation.

Partager cet article

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article

commentaires

Fred 13/12/2010 10:57


1987.... tellement decrié, une grande lecon de vin du couple Jayer Rouget


papada 14/12/2010 10:26



Comme tu dis ! Une leçon magistrale.