Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La cuisine de Papada
  • : Papada c'est pour dire Papa d'Amour ! C'est comme ça que mes enfants m'appellaient quand ils étaient plus petits et que je leur préparais plein de petits plats inventifs pour leur faire plaisir. Ils ont grandi mais ils adorent toujours mes petits plats ! Alors pourquoi ne pas vous faire partager mes trouvailes ou mes grands classiques ?
  • Contact

Recherche

28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 07:02

Gevrey-1er-cru-2000-Claude-DUGAT--2---500-.jpgAh...un Gevrey Chambertin de Claude dugat c'est toujours une expérience sensorielle magnifique. Mais un Gevrey Chambertin 1er cru  c'est encore mieux !

 

Ce vin provient d'un assemblage de deux parcelles située en appellation 1er cru, d'où ce nom "générique". Là, ce sont "les crapillots" et (j'ai un doute...je ne suis pas certain...) Petite Chapelle...

 

C'est assez rare de boire un Gevrey 1er cru de ce producteur exceptionnel car il s'en produit très peu.

 

Ce millésime 2000 en Côte de Nuits, était un millésime assez tendre, avec une charge en raisin particulièrement importante, même chez les vignerons les plus vigilants. Il a donné des vins Gevrey-1er-cru-2000-Claude-DUGAT--6---500-.jpgqui se sont toujours bien laissé approcher, dès leur prime jeunesse. Personnellement, j'adore ce millésime qui possède rondeur et grâce, peu tannique, bref, un millésime qui permet de ne pas attendre les 12 à 15 années indispensables habituellement.

 

La robe est assez sombre, et le nez, absolument magnifique !!!  Si vous aimez les nez magiques des Pinots Noirs, vous avez là de quoi vous ravir !

 Gevrey-1er-cru-2000-Claude-DUGAT--4---500-.jpg

Tout en puissance fruitée, un fruit exubérant qui semble jaillir du verre...quelle beauté !

 

En bouche, je m'attendais à avoir un vin bien rond. Certes, il n'est pas anguleux, mais on sent très bien le terroir de Gevrey en dépit du millésime, avec cette espèce de rugosité virile qui laisse un aspect tannique sur la langue.

 

C'est très bon, et très typé Gevrey. Je n'aurais jamais trouvé le millésime à l'aveugle car la corpulence de ce vin m'a étonné.

 

En tout cas, ce fut un excellent moment, et l'occasion de constater, une fois de plus, combien Claude DUGAT excelle dans la vinification. Il traduit ses terroirs avec un soin particulier, et m'a encore conforté dans la première place que je lui accorde parmi les vignerons de cette commune !

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 07:02

MEURSAULT-2001-COCHE-DURY--1---500-.jpgPas besoin de s'étaler trop longtemps sur ce producteur de légende...j'ai déjà du vous présenter sur ce blog une dizaine de ses vins, je risquerais de me répéter.

 

En tout cas, il est le tout meilleur de la Bourgogne, qui est la plus extraordinaire région du monde pour les vins blancs...et rouges !

 

Ce soir, un MEURSAULT 2001...un millésime que je n'ai pas particulièrement dans mon coeur d'une manière générale.

 

Mais aujourd'hui, je me suis réconcilié !!

MEURSAULT-2001-COCHE-DURY--6---500-.jpg 

Une robe d'un très bel or...et un nez...ah ce nez...Cléopâtre ne le renierait pas.

 

De superbes notes beurrées et de noisette comme seuls peuvent déployer des Chardonnays de Bourgogne à pleine maturité. Ajoutez à cela, en arrière plan, une forte présence minérale, et vous aurez une idée de ce que j'ai bu.

 

La bouche allait-elle tenir les promesses du nez ???

 

Oui messieurs dames, et de quelle manière !

Une attaque assez vive encore, mais qui fait plonger aussitôt dans la chair du vin, on sent le gras, ces fines notes complexes de pur fruit doublé de minéralité, cette rondeur légèrement vanillée, ce boisé parfaitement intégré, et cet équilibre impérial.

 MEURSAULT-2001-COCHE-DURY-ds-verre--500-.jpg

Quel vin !!!!  Superbe d'élégance, de finesse, d'expression...une grande bouteille qui m'a procuré un bien fou et un plaisir du même acabit.

 

Totalement ouvert, il entame sa phase "plateau" pour les 2 ou 3 années à venir. Au delà, je ne sais pas si des notes oxydatives viendront le gâcher légèrement, mais aujourd'hui c'est une bombe !

 

Un immense plaisir pour un "simple" MEURSAULT.  

 

MEURSAULT-2001-COCHE-DURY--5---500-.jpg

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 07:02

Bonnes Mares 2003 MUGNIER -1 [500]Récemment, je me suis fait une petite joie par anticipation à l'idée de goûter cette bouteille...pensez donc, un MUGNIER !

 

Et pas n'importe lequel, un grand cru...

J'avais encore en tête le remarquable moment passé en compagnie d'un Nuits St georges 1er cru "Clos de la Maréchale" d'un millésime problématique (2004) et je me disais qu'un BONNES MARES 2003 serait une explosion !

  Bonnes-Mares-2003-MUGNIER--3--500-.jpg

BONNES MARES c'est un grand cru que j'adore, rond et voluptueux, puissant comme il faut. C'est le domaine G.ROUMIER qui fait les plus beaux, mais leur voisin Frédéric MUGNIER ne devait pas être loin derrière.

 

Restait le millésime : 2003

On sait que celui ci fut celui de la canicule, et beaucoup de vingerons ont eu des surprises avec des raisins grillés, des stress hydriques qui donnent des sensations bizarres en bouche. Qu'allait nous réserver celui là ???

  Bonnes-Mares-2003-MUGNIER--2--500-.jpg

Le nez déployait de bons arômes de fruits confits, mais sans ostentation particulière. C'était joli mais pas exubérant.

 

La déception est venue en bouche par contre. J'ai trouvé que ce vin manquait de corps...a l'évidence, le millésime a marqué cette bouteille, et il y a eu du stress. Au lieu d'un vin un peu confituré, j'ai trouvé un demi-corps, agréable certes, mais sans la profondeur que j'étais en droit d'attendre.

 

Bref, pas de chance...et c'était bien dommage car j'ai sorti cette bouteille pour  l'anniversaire de quelqu'un...snif !

Bonnes-Mares-2003-MUGNIER--4--500-.jpg

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 13:02

Chas-Ruchottes-08-RAMONET--500-.jpgDans la panoplie des premiers crus de Chassagne Montrachet, "les Ruchottes" occupe la plus haute place.  C'est THE premier cru par excellence, car il possède une complexité telle qu'il n'est pas loin d'un grand cru.

 

Donc, quand j'ai l'occasion d'en boire une, je ne me gêne pas ! 

 

Celle là, je l'ai bue dans un restaurant.

Chas-Ruchottes-08-RAMONET--2---500-.jpgLe millésime 2008 est terriblement jeune, mais paradoxalement, c'est dans leur toute première jeunesse ou bien quand ils sont suffisamment affranchis par le temps que j'aime les vins.

 

Nous étions dans le premier cas de figure (ceci pour ma décharge, moi qui accuse souvent d'autres personnes d'être des "infanticides" quand ils ouvrent les bouteilles trop tôt).

 Chas-Ruchottes-08-RAMONET--1---500-.jpg

La robe est d'un or pâle bien soutenu. Au nez, de délicates nuances florales, et des notes de brioche apparaissent. Certes, il n'a pas les arômes que le vieillissement devrait lui offrir (beurre, noisette...) mais c'était déjà bien agréable.

 

En bouche, une bonne vivacité m'a salué d'emblée, suivie par un cortège de parfums floraux et fruités.

 

C'était bien plaisant. Un vin très présent en bouche, qui ravit les papilles.

 

Et un vrai moment de plaisir. Que rêver de mieux ??

Chas-Ruchottes-08-RAMONET--4---500-.jpg

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 07:02

BTLES MA CUISINE [500]

Mamma mia...que certaines soirées peuvent être belles quand elles sont divinement arrosées !

 

J'étais invité chez un ami qui est un grand et fin connaisseur, avec quelques entrées dans les plus nobles maisons Bourguignonnes.

Je pressentais que l'on n'allait pas boire du Bordeaux, et mon flair ne m'a pas trahi.

 

Comme dirait Laurent PONSOT, le fameux viticulteur de Morey St DenisLaurent-verre-a-la-main--500-.jpg " On sert le Bordeaux à ses relations, et le Bourgogne à ses amis ! "

 

Rarement adage ne m'a paru aussi bien vu. Mais oui, on garde toujours le meilleur pour ses amis !!

 

En plus, l'épouse de cet ami avait concocté un succulent repas pour faire passer les vins !

 

Bref, j'étais dans les meilleures dispositions pour entamer cette belle soirée. J'avais juste demandé si j'avais le droit d'amener un petit truc (s'il y avait un créneau dans l'organisation impeccable...) et comme on n'a surement pas voulu me contrarier, cela fut possible.

 

Ce n'est qu'en arrivant que j'ai su que le blanc que j'amenais serait servi en 4è position, dernier vin blanc, puisque, bien que goûtant tout à l'aveugle, on m'a demandé si ce que j'amenais était vieux ou pas. Etant donné mon acquiescement, je passais donc en 4è position.

 

Apéritif...un nous sert le 1er blanc. Belle couleur. Nez très très discret...même en agitant beaucoup, la bouche était plus expressive, c'était bon. J'ai pensé à un MEURSAULT pour le gras de ce vin que j'ai mis en appellation village. Je trouvais qu'il manquait de complexité pour avoir droit à un rang supérieur.

Je ne suis pas parvenu à dire quoi que ce soit sur le millésime...je n'arrivais pas à trouver mes repères dans cette bouteille aux accents contradictoires.

 

( je vous mets les résultats au fur et à mesure que je présente les vins, mais dans la situation réelle, les noms des trois 1ers vins blancs nous ont été révélés seulement avant de boire le 4è, celui que j'avais apporté, vous allez comprendre pourquoi )

 

Résultat : MEURSAULT (ouf j'avais bon !) 1er cru "Genevrières" 2006 BALLAUT MILLOT;

J'étais un peu déçu par ce que je découvrais, car je trouvais que ce superbe 1er cru de Meursault n'était pas bien exprimé puisque j'avais pris cela pour un village.

Quant au millésime 2006 il est inégal selon les producteurs mais peut figurer parmi les plus beaux chez certains. Ici ce n'est pas le cas. Mais ne faisons pas la fine bouche, le vin était bon, disons juste qu'il n'était pas tout à fait digne de son rang.

 MEURSAULT-Genevrieres-05-COCHE-DURY--1---500-.jpg

Passant alors à table, on nous sert le deuxième vin blanc avec le premier plat. Là, je n'ai eu qu'à mettre le nez sur le verre pour dire aussitôt "COCHE-DURY". Il y a une signature étonnante du nez chez ce producteur légendaire, une espèce de fragrance particulière qui accompagne ses vins et me les fait reconnaitre presque aussitôt.

 MEURSAULT-Genevrieres-05-COCHE-DURY--500-.jpg

Par contre, quid du cru ?... J'opte pour un Meursault "Rougeots" mais j'hésite entre 2 millésimes 2001 et 1999 à cause du caractère légèrement oxydatif du nez...je repasse les millésimes en revue...2003 serait plus lourd 2002 tellement cristallin et pur, 2000 moins épanoui, 98 plus tendu et moins agréable, 97...j'ai un doute...tiens un 97...non ce ne serait pas oxydatif comme celui-ci, plus beurré surement. Allez, va pour 99 !

 

Surprise !! Si j'ai bien identifié le producteur, j'ai tout faux sur le reste...

 

Nous sommes sur un Meursault 1er cru "GENEVRIERES" 2005 !!!!

MEURSAULT-Genevrieres-05-COCHE-DURY--2---500-.jpg

 

Je reste surpris. Jamais je n'aurais pensé à 2005. Certes le vin est très gras et possède une acidité chancelante, mais je n'aurais jamais imaginé qu'il puisse y avoir une légère note oxydative à ce stade. Ce vin est délicieux, mais déroutant.

 

Pour Jean-François COCHE-DURY, ce millésime est le plus grand qu'il ait fait de toute sa carrière, supérieur au 96 selon lui.

 

Arrive alors une magnifique soupe de moules, superbe de finesse, et le 3è vin blanc mystère...gras, avec un joli nez, on le sent plus vieux que le précédent, plus or en fusion, le gras est là, l'ampleur, la richesse...

1er cru de PULIGNY MONTRACHET à mon sens. Plus dans la finesse que les 2 vins précédents, un peu plus de raffinement d'expression.

Millésime ? j'hésite entre 97 et 95, deux millésime très riches.

 

Résultat des courses : MEURSAULT 1er cru "genevrières" 2000 Dne des COMTES LAFON

MEURSAULT-Genevrieres-2000-Ctes-LAFON--500-.jpg

On m'a roulé dans la farine...

 

Vient alors le vin que j'ai apporté, servi avec un "trou Bressan".

Vous ne savez pas ce qu'est un trou Bressan ? L'équivalent du trou normand mais sans alcool fort, et avec, normalement, un changement de couleur.

Je dis bien "normalement" parce que là, au lieu de passer au rouge, on continue sur du blanc. Mais qu'importe !!

 Chablis-Preuses-92-DAUVISSAT--500-.jpg

Nez magnifique de miel et d'épices, couleur tout à fait jeune...en bouche ce vin est un régal, avec une tension parfaite entre tous les constituants. Il arrive doucement sur sa phase de maturité, et possède une réserve absolument prodigieuse.

 Chablis-Preuses-92-DAUVISSAT--3---500-.jpg

Un vin qui remplit la bouche, et la sature de parfums et d'intensité...

Il a fait l'unanimité.

 

CHABLIS Grand cru "les Preuses" 1992, Vincent DAUVISSAT

 Chablis-Preuses-92-DAUVISSAT--2---500-.jpg

 

Pour plusieurs personnes ce fut là une occasion magnifique de goûter un vieux Chablis même si ce vin est encore très jeune en bouche, il accuse 19 ans au compteur...

Chablis Preuses 92 DAUVISSAT (1) [500]

 

Petite andouille avec une superbe sauce aux échalotes, et nous attaquons les vins rouges.

 

Celui là possède un nez somptueux, mais je vous en ai fait un compte-rendu spécifique il y a quelques jours, c'est le Bourgogne Pinot Noir 2002 COCHE DURY !

 Bourgogne Rouge 2002 COCHE-DURY (1) [500]

Quelle superbe transition.

 

Et pour terminer, une cassolette d'escargots avec une réduction de vin rouge, servi avec des girolles et des trompettes de la mort.

 

Le vin rouge qui est servi semble un peu tuilé sur le bord, mais à peine.

Il indique quand même une certaine maturité.

Au nez, c'est une gigantestque brassée d'épices, et une forte intensité de fruits.

Quel beau nez, on s'y perdrait avec plaisir...

 

En bouche, on sent une forte présence et un caractère masculin affirmé. Aucun doute, on est tooujours en Bourgogne, mais dans le nord de la Côte de Nuits. J'hésite entre les villages de Morey et Gevrey.

Mais je suis sur que l'on est en grand cru....CLOS DE LA ROCHE ou CHAMBERTIN CLOS DE BEZE ? mon coeur balance. Allez, je tente CLOS DE LA ROCHE, une intuition qui me vient comme ça.

 CHAMBERTIN-96-ROUSSEAU--1---500-.jpg

Pour le millésime, c'est puissant et tannique, avec une bonne acidité. Je pense à 95 ou 93 avec un penchant pour ce dernier, eu égard à l'aspect tannique et à légère dureté en bouche, laissant comprendre que le vin n'a pas encore sa rondeur et qu'il faut l'attendre un petit peu plus.

On me dit de corriger le millésime, que ce n'est pas loin...CHAMBERTIN-96-ROUSSEAU--2---500-.jpg re-analyse sensorielle...l'acidité bien présente...mais oui  c'est 1996 !!!  J'ai été dérouté par les tannins. Le millésime 96 est surtout marqué par l'acidité plus que par les tannins, c'est pour cela que je m'étais fourvoyé. Du coup, ce ne peut plus être un clos de la Roche si c'est 96...trop tard, le verdict tombe :

 

CHAMBERTIN 1996 Dne ROUSSEAU

 

Cela ne m'a pas empêché d'en reprendre CHAMBERTIN-96-ROUSSEAU--500-.jpgun second verre, rassurez vous !!

 

Bref, une superbe soirée, magnifiquement arrosée, avec des petits plats dans les grands, et beaucoup de sympathie et de simplicité en dépit des grands noms qui étaient à la table.

 

A refaire quand ils veulent...

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 07:02

CHARMES CHAMBERTIN 2005 CAMUS (1) [500]On continue avec le Domaine CAMUS. En fait, j'ai 4 bouteilles différentes à goûter, ceci est donc l'épisode N°2   

 

Je vous ai dit tout le mal que je pensais du domaine CAMUS dans le premier commentaire d'un de leurs vins, donc je ne vais pas réitérer.

 

Juste une petite parenthèse pour évoquer le millésime 2005 en Bourgogne Rouge...FA-BU-LEUX !

 

Le plus grand millésime de rouge des 30 dernières années (avant je ne suis pas certain...mais je pense que j'aurais pu dire 50 sans crainte que l'on me contredise).

  CHARMES-CHAMBERTIN-2005-CAMUS--4---500-.jpg

Pour autant, goûter un vin de ce millésime n'est pas forcément enthousiasmant depuis deux ans car ils se sont refermés et ne sont que l'ombre de ce qu'ils ont été en fut et aussitôt après la mise en bouteille.

 

Mais je vais arrêter de vous faire croire que je souffre chaque fois que je dois goûter un 2005, parce que vous ne me croirez pas et vous aurez raison !

 

Ce soir, donc, CHARMES CHAMBERTIN 2005. Le grand cru Charmes Chambertin a la particularité d'arborer toujours une certain rondeur qui le rend aimable quel que soit son âge, d'om le nom de CHARMES parce que justement, il est charmeur. Sa bonhommie, son accessibilité font de ce grand cru de la commune de Gevrey, le plus aimable en toutes circonstances, à défaut d'être le plus complexe.

 CHARMES-CHAMBERTIN-2005-CAMUS--2---500-.jpg

Bref, ce soir, le vin ne présentait pas un nez particulièrement "Pinotant". On était plutôt dans les épices, le fruit noir très mûr, mais ce n'était pas le nez qui était parlant.

 

Je me suis surtout arrêté sur la bouche. C'était épais, rond, très riche, particulièrement dense, et d'une rondeur, d'une presque suavité que je me suis dit que quand même, dans ces années d'exception, même les "petits" arrivent à faire de belles choses.

 

Ce vin s'arrondissait joliment sur la langue, et offrait une chair très agréable, avec suffisamment de puissance et de rondeur pour donner dès aujourd'hui un début de plaisir. CHARMES-CHAMBERTIN-2005-CAMUS--500-.jpgCertes, le vin n'est pas encore prêt, mais il possède quelque chose en lui qui fait qu'il vaut la peine d'être mis en cave. En tout cas, c'est le pari que je fais, et je suis presque certain que ce vin me réservera de grandes surprises.

 

Je vais l'attendre patiemment car au prix où il est, je ne risque pas grand chose dans ce millésime d'anthologie.

 

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 07:02

Un événement particulier à fêter, beaucoup d'invités...vite,Montrose-1964--1---500-.jpg un magnum !

 

Certes, mais un magnum de quoi ?

J'ai mis longtemps avant de commencer à vraiment acheter quelques magnums, du coup, tout le fond de cave que je me suis constitué depuis 20 ans n'en comporte que quelques uns.

 

Je n'avais pas un choix énorme, mais l'occasion était importante.

 

Montrose-1964--3---500-.jpgJ'ai pris le dernier Magnum de Château MONTROSE 1964...l'étiquette est abimée, mais qu'importe, nous ne buvons pas les étiquettes à la maison (nous en fréquentons régulièrement de magnifiques mais nous ne les buvons jamais, la nuance est de taille !)

 

MONTROSE a toujours eu la réputation de faire des vins durs qui mettaient beaucoup de temps à se faire. Ce n'est que dans les années 2000 qu'un virage a été amorcé et que les vinifications sont un peu plus accessibles.

Montrose 1964 (2) [500]Mais avant, on savait que quand on achetait un Montrose, on ne l'ouvrait jamais avant 20 ans.

 

Je n'avais donc pas de souci quant à l'évolution de ce vin. D'autant que j'avais déjà bu un magnum du même millésime il y a quelques années et que j'avais pu voir l'évolution, ce qui m'avait fait penser que je pouvais allègrement attendre 4 ou 5 ans supplémentaires pour boire l'autre.

 

 

J'ai même carafé ce vin 2 heures à l'avance pour tenter de l'assouplir...

 

Le nez est très agréable, doux, avec d'assez subtils parfums d'épices, mais ce n'est pas un nez envahissant non plus. Il reste modeste. Joli mais modeste.

 

En bouche, c'est bien mais ce n'est pas grandiose. Le vin ne sera jamais rond avec un peu de tendresse. On est dans un registre d'extraction mais cela ne laisse pas beaucoup de place à la grâce...Bizarrement, ce vin m'a fait penser à ceux, Bourguignons, de Bernard DUGAT-PY où l'on cherche désespérément la grâce, un peu de suavité, un petit clin d'oeil derrière la masse extraite, mais qui ne se révèle toujours pas au bout de 20 ans.

Montrose-1964--500-.jpg 

Là, ce vin en avait 47, mais je suis certain qu'il n'en aura jamais. le style est dur, imposant, et les années patinent mais ne donnent jamais ce que le vin ne possède pas au départ.

 

Donc, ce dernier magnum a été liquidé sans autre regret. En eussé-je d'autres dans ma cave que je me demanderais bien ce que je pourrai en faire. Battre des records de longévité ? Ma foi, peut-être, mais ce n'est pas ce que je cherche dans un vin.

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 13:03

Bourgogne-Rouge-2002-COCHE-DURY--1---500-.jpgS'il existe véritablement un test infaillible pour juger de la qualité d'un producteur, c'est en goûtant les vins de son entrée de gamme.

 

Et là, l'exercice est encore plus parlant puisque si Jean-François COCHE-DURY est certainement le plus grand producteur de vins blancs au monde, le tester sur les rouges est encore plus significatif.

 

Et puis l'appellation...Bourgogne ! Juste une appellation régionale, même pas un village.

 

Le nez est tout simplement magnifique, un nez puissant, épicé, avec des arômes d'orange confite...on m'a servi ce vin à l'aveugle, et au nez j'ai dit que l'on était à Chambolle ou à Vosne Romanée dans un grand millésime.

 Bourgogne-Rouge-2002-COCHE-DURY--2---500-.jpg

La bouche m'a fait très vite rectifier le tir. Nous n'avions pas la suavité des villages susnommés, et un côté un petit peu limité pour avoir droit à faire partie de ce duo magique de la côte de Nuits. J'ai donc dit, "Bourgogne" tout simple mais avec beaucoup d'enthousiasme puisque ce nez est absolument sidérant.

 Bourgogne-Rouge-2002-COCHE-DURY--4---500-.jpg

Quand on a découvert la bouteille, j'étais ravi de voir que ce millésime 2002 montrait la très grande classe de ses vins rouges, mais parce que j'en ai une caisse dans ma cave que je laissais tranquillement vieillir !! )

 

Un très beau moment de plaisir simple. Un vin de référence eu égard à l'appellation.

Tous les vignerons devraient goûter une telle bouteille pour voir ce qu'il est possible de faire avec des terroirs très modestes.

 

Merci Mr COCHE-DURY !

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 07:02

Nuits-Marechale-2004-MUGNIER--500-.jpgIl y a des vins comme ça, que l'on goûte presque par hasard, un peu "à la volée" parce que la main tombe dessus un soir, alors qu'on se dit que cela ne doit pas être vraiment prêt à boire  et tant d'autres choses...

 

Nuits-Marechale-2004-MUGNIER--4---500-.jpgMais là, je suis resté baba de ce que j'ai bu !

 

Certes, le Domaine MUGNIER est extrêmement célèbre depuis quelques années, mais ce 1er cru "Clos de la Maréchale" venait juste d'être repris par Frédéric MUGNIER alors que pendant des décennies, c'est la maison FAIVELEY qui en avait la charge de l'exploitation. et à la fin 2003, le bail de fermage a pris fin et le domaine MUGNIER a pu reprendre les 9 hectares de ce clos pour commencer d'appliquer les méthodes culturales de haut de gamme chères à Frédéric MUGNIER

 Nuits-Marechale-2004-MUGNIER-collerette--500-.jpg

Et puis, 2004 n'est pas un grand millésime de rouge en Bourgogne. Je ne m'attendais donc pas à quelque chose d'époustouflant, imaginant ce vin pas encore tout à fait accompli et vraisemblablement entre deux phases d'évolution.

 

Comme quoi, il faut toujours se méfier des a priori !

 

Le nez présentait d'emblée ces belles notes de fruit acidulé qu'on trouve dans les très beaux Bourgogne, et j'avoue avoir été assez charmé par celui-ci.

 

Mais c'est en bouche que ce vin a révélé une dimension étonnante. On retrouvait la même expression de fruit que le nez, mais accompagnée d'une superbe trame veloutée !  Quelle distinction dans ce vin, quelle élégance !!...

Nuits-Marechale-2004-MUGNIER--1---500-.jpg 

Le grain était délicat dans le sens de la profondeur, le raffinement "suintait" de chaque gorgée. J'ai été bluffé...

 

Pour son premier millésime du Clos de la Maréchale, Frédéric MUGNIER a superbement dominé la matière, et exprimé une délicatesse et transcendé littéralement ce terroir de Nuits St Georges en lui octroyant immédiatement les lettres de noblesse qu'il avait égarées...

 

Superbe longueur faisant vibrer la minéralité doublée de fruit sur la pointe de la langue, et surtout quelle belle texture.

 

Un GRAND coup de chapeau et encore beaucoup de promesses car si ce cru se goûtait très bien, il est en tout cas bien loin d'avoir livré tous ses secrets, et le vieillissement devrait en révéler bien d'autres.

Nuits-Marechale-2004-MUGNIER-etiq--500-.jpg

 

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 07:02

MAZOYERES-2002-CAMUS--500-.jpgDans l'enfer des domaines Bourguignons, on trouve en bonne place le domaine CAMUS.

 

Un panel de terroirs absolument exceptionnels (la plupart des grands crus de la commune de GEVREY notamment) et une réputation nullissime et largement méritée !

 

Pourtant, je me suis dit qu'il fallait que je goûte quelques uns des vins de ce domaine avec quelques années de bouteille pour voir ce que cela pouvait donner.

 

L'avantage, c'est que ce n'est pas très cher (mais j'aime bien l'adage qui dit que quand ce n'est pas bon c'est TOUJOURS trop cher !)

 

Bref, ce soir, j'ai voulu goûter ce Mazoyères Chambertin dans le très beau millésime 2002.

 

Mazoyères quésaco ???  Il est vrai que cette appellation est peu employée. Il faut savoir que le grand cru Mazoyères peut porter ce nom là, ou celui, plus porteur (commercialement parlant) de CHARMES CHAMBERTIN.

entendons nous bien, un CHARMES ne peut pas s'appeler Mazoyères, mais un vin issu des parcelle de Mazoyères peut revêtir l'une ou l'autre des appellations en toute légalité.

 

Ce petit point étant établi, voyons maintenant ce que ce vin avait dans le ventre.

 

Un bien joli nez de framboise et de cerise  allait il me faire regretter tout le mal que je pense de ce domaine ?

 

Eh bien, presque !  J'ai bien aimé ce nez, assez sensuel.

  MAZOYERES-2002-CAMUS-Ter--500-.jpg

En bouche, ce vin manquait un petit peu de corps eu égard à son rang et son millésime, et il évoquait davantage la douceur et la délicatesse d'un vin de la Côte de Beaune qu'un grand cru de la Côte de Nuits.

 

Mais il avait une douceur bien agréable qui se combinait joliment aux arômes de fruits du nez que l'on retrouvait avec le même plaisir en bouche.

 

La longueur était correcte, et ce vin n'a pas dit son dernier mot.

Bref, il me donne envie de goûter d'autres vins du domaine pour voir un peu ce que cela donne.

 

En résumé, ce n'était pas si mal que ça !

 

A bientôt pour d'autres vins de ce domaine dans le millésime 2005...

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article