Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La cuisine de Papada
  • : Papada c'est pour dire Papa d'Amour ! C'est comme ça que mes enfants m'appellaient quand ils étaient plus petits et que je leur préparais plein de petits plats inventifs pour leur faire plaisir. Ils ont grandi mais ils adorent toujours mes petits plats ! Alors pourquoi ne pas vous faire partager mes trouvailes ou mes grands classiques ?
  • Contact

Recherche

3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 07:02

LA-TACHE-2000-carafee--500-.jpgMazette...quelle bouteille !!!!!!!!

 

Il fallait une grande occasion pour ouvrir un truc pareil. Bon, je ne vous dirais pas quoi mais j'avais presque envie de boire pour oublier.

Ou plutôt pour faire passer la pilule de quelque chose qui ne m'enchante pas vraiment, j'ai préféré ouvrir une grande bouteille et en plus, je suis allé la boire au restaurant. (un qui accepte le droit de bouchon)

 

Il fallait un bon repas pour accompagner cela, alors je suis allé chez le spécialiste de la truffe...BRUNO de Lorgues pour faire une repas truffe...ben oui...

 

Oh et puis, je ne vais quand même pas m'excuser !

 

LA TACHE c'est mon vin préféré. C'est aussi bon que la ROMANEE CONTI mais cela coute 5x moins cher.

 

2000 est un millésime assez tendre, peu tannique, et c'est la raison pour laquelle j'ai pensé qu'il était possible d'ouvrir cette bouteille dans ce millésime. dans mon esprit c'était approchable même si pas totalement à point.

 

Commençons par le repas...

Repas-BRUNO-26102010-Feuillete-truffe--500-.jpg 

 

Petit feuilleté de truffe enrobée de lard et de foie gras...

 

Ca cause un truc pareil vous ne trouvez pas ?

 

Et le petit jus réduit qui accompagnait l'ensemble couronnait le tout avec grâce...

 

 

 

Repas-BRUNO-26102010-P-de-T-truffe-creme--500-.jpgEnsuite, on a eu droit à une pomme de terre garnie de lamelles de truffes, dans une crème aux truffes...

 

Mamma mia...à se damner !

 

 

 

 

Repas-BRUNO-26102010-Grenadin-aux-champignons--500-.jpg

Puis, un grenadin de veau avec une garniture de champignons et...de truffes !

 

 

repas-BRUNO-26102010-Creme-caramel-truffee--500-.jpgPré-dessert avec un sorte de crème caramle un peu épaisse avec un caramel au beurre salé et truffé (mais pour dire la vérité, on ne sentait pas du tout la truffe dans ce plat)

 

Et puis un dessert (que j'ai oublié de prendre en photo !)

Un pavé au chocolat et pistache, avec une boule de glace vanille tournée minute.

 

Bon, passons au vin, puisque c'est l'essentiel.

 

Un nez....à tomber par terre tellement il explosait d'arômes de vieilles roses !

A ce niveau là, ce n'est plus un nez, c'est un parfum sublime.

LA-TACHE-2000--500-.jpgJ'avais du mal à détacher mon nez du verre. Derrière les roses on sentait du fruit rouge bien frais, mais il n'y avait pratiquement pas de notes d'épices.

 

En bouche, la textur est somptueuse. Quel grain dans ce vin. Et quelle puissance de fruits qui s'en dégage.

Le genre de vin avec lequel on se demande comment on pourrait être saoul. On en boit une gorgée et on y pense pendant 20 minutes tellement c'est complexe !

 

Quant à la longueur, elle est superbe, d'autant que le millésime n'est pas réputé pour distribuer de longues finales.

 

Une superbe bouteille pas encore tout à fait à point comme je le prenssentais, mais qui se goûtait très bien, et surtout possédait un nez d'exception.

 

Un grand moment, y a pas à dire !

LA-TACHE-2000-Bouchon--500-.jpg

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 07:02

PULIGNY-clavoillon-99-Leflaive--2---500-.jpgIl y a 2 mots magiques dans ce titre, et un mot superbe.

 

Les mots magiques c'est 1999 et Domaine LEFLAIVE, et le mot superbe : PULIGNY MONTRACHET 1er cru.

 

Pourquoi tout ça ?  eh bien, 1999 est un superbe millésime en Bourgogne, tant en rouge qu'en blanc (avec même un côté parfois exceptionnel pour les rouges).

Le Domaine LEFLAIVE c'est la référence suprême dans le monde pour les vins blancs de PULIGNY MONTRACHET.

 

Et un Puligny 1er cru c'est toujours quelque chose !

 

Bref, je m'attendais à passer un bon moment avec cette bouteille. PULIGNY-clavoillon-99-Leflaive--3---500-.jpg

Le premier nez  a semblé particulièrement au goût de mon chat...il l'a humé longuement. Quand il m'a cédé la place, j'ai fait de même. La minéralité commence à poindre, quelques arômes floraux se dessinent. Mais ce n'est pas encore une explosion à ce stade.

PULIGNY-clavoillon-99-Leflaive-BIS.JPG 

La bouche donne plus de choses. On sent une noble tension dans le vin, un corps ample et gracieux. Ce vin est assez plein mais pas totalement.

Manifestement, il est encore en devenir. Je l'ai ouvert trop tôt. Il lui faut encore au minimum 2 années pour s'exprimer totalement et révéler les arômes de beurre et de noisette qu'offrent les grands Chardonnays à maturité.

 

Le problème c'est que je crois bien que c'était la seule bouteille de ma cave...

 

Il va falloir que je suive cela à distance !

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 07:02

Meursault Perrières 2000 JFCD (1) [500]Au Panthéon des vins que la plupart des amateurs du monde entier rêvent de boire, figure le MEURSAULT "Perrières" de Jean François COCHE-DURY.

 

Ce vin est une légende car il représente la quintessence de ce que le terroir de Meursault (dont Jean-François COCHE-DURY est le porte-flambeau) est capable de révéler.

 

C'est vous dire combien j'étais impatient de voir "ce qu'il avait dans le ventre", et je n'ai pas été déçu !

 

Le nez est un puissant bouquet aux notes florales et possède quelque chose de puissamment minéral, comme si vous respiriez du silex ! Les deux combinés forment un ensemble superbe, très plaisant à humer.

  Meursault Perrières 2000 JFCD (2) [500]

L'attaque est une pure merveille...c'est puissant, précis, très gras, et encore une fois la sensation d'avoir du caillou dans la bouche, mais avec, en plus, quelque chose d'extrêmement vibrant, un peu comme quand, enfant, on mettait la langue sur le + et le - d'une pile et qu'on avait cette sensation un peu piquante au bout de la langue.

  Meursault Perrières 2000 JFCD [500]

Là c'est pareil, mais sans le côté brûlant du souvenir d'enfance, et avec une intensité qui, associée au fruit et au corps, donne une sensation extraordinaire.

 

Ce vin persiste très longuement, notamment grâce à cette espèce d'électricité en bout de langue qui n'est autre que la traduction du terroir des "Perrières".

 

Un Grand moment pour un vin qui offre aujourd'hui une splendide expression. Je me demande ce qu'il donnera avec encore un peu plus d'évolution...réponse dans quelques années !

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 07:02

Bourgogne 2001 DUGAT PY (1) [500]Bernard DUGAT-PY a eu son heure de gloire dans fin de la décennie 90 et au tout début des années 2000, mais l'enthousiasme est retombé autour de lui.

 

La raison ? Surement sa tendance à faire des vins extrêmement extraits, qui n'offrent pas du tout le caractère magique du Pinot Noir. Ce sont des vins très bien construits, solides, mais il faudrait pouvoir se projeter 25 ou 30 ans plus loin pour savoir si les vins qu'il a produits récemment tiendront leurs promesses.

 

Pour ma part, j'ai goûté il y a 2 ans un CHARMES CHAMBERTIN 1991 de chez lui, et j'avoue que j'ai été quelque peu déçu par cette bouteille "fermée à double tour"...le fruit n'apparaissait pas...on sentait qu'il fallait attendre encore au moins 10 ans.

 

Bref, après avoir connu un vrai succès, il est beaucoup moins couru aujourd'hui. Sans Bourgogne 2001 DUGAT PY (2) [500]doute sa politique commerciale y est elle pour beaucoup...

 

Ce soit, j'ai voulu goûter un simple Bourgogne Rouge du millésime 2001 (qui n'est pas un de mes millésimes favoris)

 

Le nez est très joli avec de fort beaux arômes de Framboise et de bonbon anglais. Vraiment séduisant, et en totale contradiction avec ce que j'ai écrit ci-dessus.

Bourgogne 2001 DUGAT PY [500] 

En bouche, il y avait une belle matière, ce vin est vraiment très bien fait, mettant en relief une structure superbe et une belle puissance, sans excès. Le fruit se perd un peu, hélas, en bouche, et le final se fait sur des notes un peu figuées, mais revenons sur terre, ce n'est qu'un simple Bourgogne, et en tant que tel, il faut reconnaitre que ce n'est peut-être pas le style dont je raffole, mais c'est un joli vin, sans conteste, et qui commence tout juste à s'ouvrir.

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 07:02

Beausejour-becot-1990--2---500-.jpgEncore un vin que j'avais acheté en Primeurs au Printemps 1991.

 

Cela fait plaisir de voir qu'on a réussi à attendre patiemment pour savourer une bouteille acheté presque 20 ans plus tôt, dans ce millésime d'exception.

 

De quelle sagesse je fais donc preuve !!

 

Mais qu'est-ce que cela allait donc donner dans le verre ?

 

Le premier nez est assez envoûtant, sur des notes d'épices et de cassis. Beausejour becot 1990 (1) [500]

La robe est très soutenue. Les grands millésimes Bordelais donnent toujours des vins très intenses au point de vue couleur.

 

En bouche, le vin apparait fondu, rond, mais encore bien puissant. Les tannins sont digérés, la structure est bien là mais sans être trop présente.

 

Ce vin a évolué ensuite, et le nez m'a gêné au point de me faire me demander s'il n'était pas bouchonné (alors qu'initialement rien ne le laissait penser).Beausejour becot 1990 [500] Cette phase a duré une vingtaine de minutes et le vin s'est encore transformé et a laissé apparaitre cette fois de très belles notes d'épices.

  Beausejour becot 1990 (3) [500]

Je l'avais ouvert environ une heure avant. Je n'ai pas voulu le carafer. Est-ce une erreur ?

En tout cas, j'ai été trop gêné par cette mauvaise phase qui m'a empêché de l'épprécier comme il se devait.

 

Il faut que je le regoûte d'ici quelque temps pour me faire une religion à son sujet.

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 07:02

Chevalier-Met-97-NIELLON--1---500-.jpgVoilà une bouteille rare...beaucoup en ont entendu parler, très peu ont pu goûter ce vin.

Michel NIELLON exporte la presque totalité de sa production depuis toujours, et il ne produit que 2 ou 3 barriques de son Chevalier Montrachet.

 

Par conséquent, arriver à en avoir relève de l'exploit.

J'ai réussi cet exploit il y a quelques années, et j'ai eu envie de voir comment l'enfant se présentait...

 

Très belle couleur or dans le verre. On devine que le vin a un certain âge.

  Chevalier-Met-97-NIELLON--3---500-.jpg

Au nez, il exprime bien le Chardonnay avec des nuances plus beurrées que miellées à ce stade, et beaucoup de nuances florales.

 

Mais c'est en bouche qu'il donne toute sa dimension. D'emblée, on sent une matière épaisse, une texture presque huileuse. Beaucoup de puissance mariée à de la minéralité, un vin séveux, profond, complexe qui arrive juste sur sa phase plateau.

Chevalier-Met-97-NIELLON--500-.jpgD'une grande densité, il offre également un final très long sur des notes minérales essentiellement.

 

Un grand beau vin qui signe à la fois la suprême élégance du Chardonnay des plus grands terroirs, et l'excellente vinification du vigneron.

 

Quant au millésime 1997, il est conforme à ce que j'en attendais pour les blancs, à savoir riche, à la limite de l'extrême richesse parfois, mais pas du tout déséquilibré comme certains le prétendent.

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 07:02

MOREY-95-LIGNIER--2---500-.jpgSi 1995 est un très beau millésime de Bourgogne rouge, il n'est pas fréquent que j'en boive, pour la simple raison que la récolte a été minuscule (une des plus faibles des 50 dernières années) en raison d'une coulure importante au moment du passage de la fleur, et du coup, les vins sont très concentrés, et partant, peu faciles à déguster dans leur jeunesse.

 

Les quelques fois où je m'y suis hasardé, j'ai trouvé des vins tanniques, n'exprimant pas toute la beauté de ce fruit magnifique que j'avais trouvé dans les fûts.

 

L'autre soir, j'avise une bouteille de ce MOREY ST DENIS 1995 de Hubert LIGNIER, et je me suis dit qu'un village étant plus rapidement accessible qu'un premier ou un grand cru, ce serait peut-être le moment de goûter...

 

Bien m'en a pris !  En effet, dès l'ouverture, le vin embaumait les fruits rouges.MOREY-95-LIGNIER--1---500-.jpg

Un nez délicat, comme le Pinot sait si bien l'exprimer, avec des nuances de fleurs au dessus des fruits. Cela partait bien...

 

Sur le palais, le vin semblait épanoui, et la plupart des tannins très bien digérés. Un vin épais, solide, plein de sève et rond comme le dessus d'une miche de pain, avec un long final et une vraie puissance de fruit.

J'ai été ravi, d'autant plus que je ne suis pas fan de Morey St Denis, je trouve trop souvent un côté rustique dans ce terroir, mais là, le talent d'Hubert LIGNIER conjugué aux années passées et la grande classe du millésime font que cela valait vraiment le coup.

 

Et puis, autre bonne nouvelle, les 95 commencent donc à se laisser approcher !

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 07:02

Chateau-RAYAS-2000--1---500-.jpgAvec cette bouteille nous sommes en plein dans le mythe...

 

Château RAYAS, un Chateauneuf du Pape comme il n'en est produit nulle part ailleurs. De la finesse, rien que de la finesse et jamais le côté alcooleux et lourd de nombre de vins de la même appellation, bien que cette dernière ait fait de spectaculaires progrès dans les 15 dernières années.

 

Les vieilles villes de Grenache sur un sol sableux sont uniques à Chateauneuf du Pape et ce sont elles qui donnent ce caractère si singulier au Château RAYAS.

 

La robe est d'une intensité moyenne. Ce n'est pas l'extraction qui est recherchée mais bien l'exaltation du fruit et la subtilité du terroir.

  Chateau-RAYAS-2000--3---500-.jpg

Que d'arômes fruités émanent du verre...on se croirait presque à humer un grand Bourgogne de la Côte de Nuits, un peu évolué, et pourtant nous sommes bien en vallée du Rhône.

 

Le nez annonce parfaitement la suite, à savoir une bouche toute en fruit et en finesse. C'est intense, puissant mais maitrisé, extrêmement gourmand sur de merveilleuses notes de fruit qui rebondissent incessamment.

Vous en voulez de la finesse ? En voilà !!

 

Et quelle longueur...la vin semble persister pendant une vingtaine de secondes...juste le temps de reprendre le verre et en boire une autre gorgée.

 

J'avais ouvert cela pour accompagner une souris d'agneau, bien m'en a pris !

 

Chateau-RAYAS-2000--2---500-.jpg

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 07:02

COS-D-ESTOURNEL-89--1---500-.jpgJ'avais acheté 6 bouteilles de ce vin en Primeurs au Printemps 1990, et je n'en avais ecore jamais ouvert une.

C'est étonnant de mesurer ainsi une tranchede vie d'une vingtaine d'années. Je me souviens encore de ce mois de Juin 1990 où j'ai acquis ces bouteilles. (ainsi que quelques autres).

 

Et tout à l'heure, en allant à la cave, j'ai mis par hasard la main sur l'une d'entre elles, et me suis dit que c'était peut-être le moment d'en goûter une.

Le millésime 1989 à Bordeaux est un millésime très solaire. Il y avait eu une très belle saison, et certains avaient peut-être même pensé que l'excès de soleil avait pu dégrader la qualité du millésime. Mais beaucoup des meilleurs dégustateurs pensaient que non, et je les ai écoutés. bien m'en a pris.

COS D'ESTOURNEL était un des châteaux vedettes de l'époque. Jean Michel CAZES présidait à sa destinée, et ce château passait pour le meilleur super-second à l'époque.  Que dit ce vin aujourd'hui ?

 COS-D-ESTOURNEL-89--500-.jpg

La robe est bien sombre. Le nez est splendide, d'une grande richesse, et d'une élégance incroyable. Il y a des notes de fumé, de cèdre, d'épices à foison. C'est un bouquet puissant et d'une vraie classe.

 

En bouche, il y a une rondeur qui s'est installée, mais on sent bien que les tannins sont encore bien derrière, et que ce vin entame tout juste sa phase plateau.

C'est puissant, avec une petite sensation alcooleuse qui m'aurait surement fait penser à un vin à dominance de Merlot si je l'avais goûté à l'aveugle.

 

C'est complexe, riche, très long, et d'une grande distinction. Un vin que j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrirce soir, et que je me félicite d'avoir acquis il y a si longtemps, et surtout de l'avoir si bien préservé !

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 07:02

Bourgogne-Aligote-2005-LIGNIER--1---500-.jpgVoilà qui change un peu des vins sophistiqués que je commente souvent ici !

 

Juste un simple Bourgogne Aligoté, d'un millésime d'exception certes, et fait par un grand vigneron, on ne peut quand même pas tout renier ! 

Un grand vigneron car Hubert LIGNIER à Morey St Denis fait partie des "cadors", et son Clos de la Roche est le plus recherché avec celui du domaine PONSOT.

En plus, Hubert est un homme merveilleux, de gentillesse et de simplicité. La vie lui a ôté un de ses fils en 2004, ce même fils qui avait tranquillement et avec énormément de talent, repris les mains du domaine, pendnat qu'Hubert savourait une retraite bien méritée, se contentant de donner un coup de main de temps en temps.

Et puis, retour au travail, à plus de 70 ans, pour essayer de remonter le domaine qu'une belle-fille incompétente et prétentieuse a failli mener  sa perte juste après la disparition du fils d'Hubert...

  Bourgogne-Aligote-2005-LIGNIER--500-.jpg

Mais revenons plutôt au vin du jour...

Au départ, un très joli nez qui embaume le tilleul, avec une force et une précision assez rares.  Quelques notes boisées également, et l'ensemble forme un joli bouquet distingué qui flatte les papilles.

 

L'attaque est assez vive, même si le millésime est riche, le cépage Aligoté donne une tension plutôt nette, et le vin se répand doucement en bouche.

 

Les arômes floraux s'expriment assez bien, l'ensemble est tout à fait intéressant offrant un bon compromis entre la richesse et la vivacité.

 

Un vin de soif, qui se boit facilement, avec un plaisir simple mais de bon aloi.

 

Parfois il n'en faut pas plus pour donner le sourire !

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article