Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La cuisine de Papada
  • : Papada c'est pour dire Papa d'Amour ! C'est comme ça que mes enfants m'appellaient quand ils étaient plus petits et que je leur préparais plein de petits plats inventifs pour leur faire plaisir. Ils ont grandi mais ils adorent toujours mes petits plats ! Alors pourquoi ne pas vous faire partager mes trouvailes ou mes grands classiques ?
  • Contact

Recherche

26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 07:02

Volnay-1er-cru-2003-JFCD--500-.jpgVous connaissez mon faible pour les vins de Jean François COCHE-DURY...si ses blancs son phénoménaux, ses rouges valent également le détour !

 

Le Volnay 1er cru est l'appellation la plus prestigieuse de sa gamme de rouges, et j'adore les vins de Volnay qui représentent la vraie finesse, l'élégance et la délicatesse...

 

C'est dire si j'étais impatient de goûter cette bouteille.

Un mot sur le millésime quand même : 2003 est l'année de la canicule et la vigne a souvent souffert un peu partout, et les vins sont inégaux. On trouve le pire et le meilleur, Volnay-1er-cru-2003-JFCD--1---500-.jpgle pire quand les vignes ont trop stressé et se sont mises en repli, ne nourrissant plus les grappes, et le meilleur quand les vignerons intelligents ont bien soigné leurs vignes, et ont vinifié adroitement ce qui reste une vendange très particulière, avec des concentrations en sucre et en alcool qui ont rendu les cuves difficiles à vinifier.

 

Le vin de ce soir présentait de très beaux arômes de mûre, et de fruits rouges et noirs mêlés. Quelques notes de raisins de Corinthe aussi, mais à peine. On est d'emblée dans l'élégance !

  Volnay-1er-cru-2003-JFCD--2---500-.jpg

En bouche, la matière est là, et le vin se montre assez costaud, ce qui surprend un peu pour un Volnay.

Assez étonnamment, ce vin a présenté 2 visages différents au fur et à mesure de la soirée. Je l'ai servi initialement à 16°C et il avait une douceur et une rondeur très avenantes.

Quand la température du vin a monté, on a beaucoup senti le corps de celui-ci, ainsi que des tannins qui montaient un peu la garde, et n'offraient pas la rondeur à laquelle je m'attendais.

 

Aucun défaut cependant ! Juste la sensation que ce vin demande à être attendu encore 2 ou 3 ans pour arriver sur sa phase plateau.

 

Mais on s'est quand même régalé !

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 07:02

Leovillle-las-Cases-85--1---500-.jpgJ'étais très curieux de goûter ce vin, non seulement pour la réputation ducru, mais également pour le millésime.

 

1985 est un très joli millésime à Bordeaux, qui est parfaitement à point pratiquement partout, un millésime assez solaire, avec une rondeur qui a toujours permis de bien apprécier les vins.

 

Quant au Château LEOVILLE LAS CASES, s'il n'avaitLeovillle las Cases 85 (2) [500] pas encore la réputation qu'il a connue à partir des années 90, il n'en était pas loin.

 

Au nez, ce vin présentait des arômes francs et assez puissants de vin épanoui, un nez typiquement Bordelais, avec des fruits qui tendent vers les arômes un peu figués, un nez bien évolué.

 

Surprise en bouche ! Le vin est beaucoup moins épanoui que ce à quoi l'on s'attend ! Il y a même un caractère tannique étonnant. Leovillle las Cases 85 [500]Le vin reste un peu en retrait, et arbore un profil un peu distant, légèrement raide.

Je n'irai pas jusqu'à écrire une petite dureté, mais ce n'en était pas loin...

 

Autant le nez est épanoui, autant la bouche l'est moyennement. Mais je pense que ce vin ne modifiera plus son profil, il a été vinifié de cette manière et c'est son style qui ne sera jamais en rondeur dans ce millésime. En résumé un bon vin, c'est incontestable, mais ce ne sera jamais un grand vin.

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 07:02

Morey-mts-luisant-95-PONSOT--1---500-.jpgRien que d'écrire un titre aussi long cela donne soif !!

 

Le clos des Monts luisants et le Morey St Denis blanc, c'est un peu une anomalie comme seule la Bourgogne est capable d'en générer.

 

A l'origine, c'est une parcelle de Morey St Denis qui a été arrachée il y a très longtemps et replantée avec des cépages faits pour produire du vin blanc !

Mais le plus étonnant encore, c'est que la majorité du clos est plantée avec de l'ALIGOTE et un peu de Chardonnay...

 

bref, tout ce qui est absolument interdit selon la législation actuelle.

Seulement voilà, ceci a été fait avant que l'INAO ne fasse ses décrets sur les appellationsMorey-mts-luisant-95-PONSOT--500-.jpg (en 1936) et tout ce qui était antérieur  avait le possibilité d'être validé et toléré.

 

Et voilà comment on se retrouve avec un vin totalement atypique.

 

Parce que non seulement son origine est totalement dérogatoire mais sa vinification est également totalement différente des autres vins blancs.

Par exemple, voilà un vin qui ne fait aps de fermentation malolactique !!!  Sauf quand cela lui prend...c'est à dire une fois tous les 15 ans à peu près.

Bref, tous les ingrédients sont réunis pour la surprise.

 

Au nez, ce vin exhale des arômes beurrés et vifs. On sent de la tension en même temps que des notes de cire, de miel, et de léger rancio. Le nez est très agréable en tout cas.

 

Côté bouche, c'est la vivacité qui domine, mais accompagnée par une sorte de gras qui enveloppe les papilles. Quelques pointes de rancio arrivent et agrémentent l'ensemble.

C'est agréable, très original, cela ressemble à un Bourgogne blanc mais avec une vivacité incroyable en dépit des notes d'évolution.

Un vin à boire à peu près à 15°C car plus frais il renforce la sensation acide.

 

Une bonne surprise en même temps qu'un véritable étonnement !

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 07:02

CLOS-des-Papes-2007--4---500-.jpgOulala...la TRES GRANDE bouteille !!!

 

Le CLOS DES PAPES c'est ce vin dont on a tant parlé il y a 3 ans. Avec le millésime 2005, il avait été élu "meilleur vin du monde" par je ne sais plus quelle revue.

 

Mais ce soir, non seulement j'ai eu le plaisir de le boire, mais en plus c'était dans un millésime de rêve à Chateauneuf du Pape...2007 est un millésime extraordinaire dans le sud de la vallée du Rhône. CLOS-des-Papes-2007-bouchon--500-.jpgLes vins ont atteint une richesse et une complexité exceptionnelles.

 

C'est vous dire si j'étais impatient de boire ce vin (dans un restaurant où je me suis rendu).

 

Le nez est très sauvage, mais il exhibe aussi de merveilleux arômes de fruits...on dirait une soupe de fruits frais, fruits rouges et noirs mélangés, avec une grande pureté d'expression...du grand art !

 

CLOS-des-Papes-2007--6---500-.jpgEn bouche, c'est aussi puissant que fin. On sent d'emblée une matière énorme, une puissance contenue, une rondeur presque miraculeuse, et avec un grain de toute beauté.

 

Il y a une puissance terrible et en même temps une extrême accessibilité qui font que ce vin déroute par ces deux atouts incroyables qui sont si rarement réunis.

 

La fin de bouche dévoile encore une fois toute la finesse et la classe de ce vin qui n'en finit plus de déployer des arômes fruités.

 

Une grande bouteille !

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 07:02

JURANCON-1995--2---500-.jpg1995 c'est l'année de naissance de la gamine. Et elle a un faible pour les liquoreux de toute provenance. Alors, chaque année, pour son anniversaire; elle a droit à ce que je lui ouvre un grand flacon.

 

Cette année, j'ai choisi ce merveilleux JURANCON fait par un expert qui a réussi (à l'époque) à se faire confier 2 rangs de vignes du célèbre CLOS THOU pour faire sa propre cuvée.

 JURANCON-1995--500-.jpg

Le nez est fantastique, il embaume la mangue, la noix de coco, la vanille et la truffe blanche !!!  OUI, tous ces arômes étaient parfaitement présents et bien distincts.
Il y en avait d'autres, plus subtils, mais je ne vais pas vous les énumérer.

 

JURANCON 1995 (3) [500]Bref, après cette entrée en matière olfactive de première classe, il fallait juger la bouche !

 

Et là, on n'a pas été déçu non plus. C'était gras, épais, puissant, avec une remarquable trame acide en arrière plan qui donnait du nerf à ce vin tout en finesse et en arômes superbes.

 

C'était un vrai plaisir, d'autant plus que la persistance était hors normes.

 

Bref, un vrai beau moment de plaisir et d'inspiration.

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 07:02

PULIGNY-Folatieres-97-LEFLAIVE--500-.jpgCela faisait un bon moment que je n'avais plus bu de Bourgogne Blanc de ce millésime. Et je suis bien content d'avoir mis fin à cette trop longue attente.

 

1997 en Bourgogne est un joli millésime qui a surpris beaucoup de vignerons car l'arrière saison fut caniculaire et les vendanges ont été faites en short ! (chose rarissime en Bourgogne)

 

L'état sanitaire des raisins fut parfait. Seule ombre au tableau, la maturité est arrivé si vite qu'elle a surpris et tout le monde a vendangé en catastrophe, atteignant parfois (et même assez régulièrement) une petite surmaturité.

 

Ce n'est pas un handicap sévère, mais disons que cela donne des vins aux reliefs un peu étonnants parfois.

Si les rouges s'accommodent un peu mieux de cette particularité (entre autres les 97 du Dne PONSOT sont exceptionnels !) les blancs peuvent un peu souffrir d'un léger manque de fraîcheur qui pourrait parfois donner un aspect un peu mou.

 

Rien de mieux que d'ouvrir une bouteille pour vérifier !

 

Bien m'en a pris, car c'est toujours un plaisir que d'ouvrir une bouteille du Domaine LEFLAIVE, le seigneur de Puligny !

 

La couleur semble montrer un vin un peu avancé, ce qui est confirmé (modestement) par la bouche.PULIGNY-Folatieres-97-LEFLAIVE--1---500-.jpg

Mais arrêtons nous au nez qelques instants. Un nez opulent, d'une richesse et d'une minéralité, couplées à de superbes notes florales... un vrai régal !

 

En bouche, le côté gras est appréciable, le vin déroule tranquillement, il y a du corps,n du gras, de l'allonge, mais également une petite pointe de début de rancio qui me fait dire que ce vin, quoique très agréable aujourd'hui, et parfaitement à point, ne devra pas être attendu davantage. Il faut le boire et le savourer sur sa plénitude actuelle.

 

Voilà donc du "travail" pour les mois à venir...

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 07:02

CHABLIS-2004-DAUVISSAT--500-.jpgC'est à ce genre de bouteille que l'on mesure le talent des hommes !

Pensez donc...un simple CHABLIS...L'appellation la plus bue dans le monde !! Sachez qu'il se boit dans le monde chaque jour autant de bouteilles de Chablis qu'il en est produit dans l'aire d'appellation...incroyable n'est-ce pas ?

 

La raison vient du fait que dans beaucoup de pays, le nom de Chablis désigne un breuvage qui n'a rien à voir avec celui produit dans la partie la plus septentrionale de la Bourgogne.

 

Ceci étant dit, concentrons nous sur la bouteille de ce soir.

 

Dans cette appellation tellement galvaudée, quelques rares vignerons s'escriment encore à produire un vin qui fait l'admiration. Là où la plupart des producteurs (j'ai du mal à les appeler vignerons...) font pisser la vigne et se soucie fort peu du résultat final, portés qu'ils sont par le succès commercial jamais démenti, subsistent quelques  rares passionnés qui font un vin absolument admirable, capable de vieillir , et d'offirr une complexité de goûts et d'arômes comme on n'en trouve plus guère.

 

En plus, 2004 n'était pas une année très facile (doux euphémisme).

 

C'est pourquoi je mesure l'immense talent de Vincent DAUVISSSAT, capable de faire des bouteilles d'un niveau incroyable, avec une énergie dans le vin comme on rêve d'en trouver partout.

 CHABLIS-2004-DAUVISSAT--1---500-.jpg

Au nez c'est un bouquet de fleurs...ahurissant comme ce nez est parfumé et captivant.

 

Dès la première gorgée, on sent une belle tension dans ce vin qui commence juste à s'ouvrir. Il est plaisant, causant, avenant, avec la nervosité qui convient à l'appellation.

 

Grande persistance en bouche, beaucoup d'allure, de caractère, et un tranchant comme les vrais vins de ce terroir savent en donner.

 

Une grande leçon de vin, une fois de plus et une nouvelle confirmation (s'il en était besoin) que Vincent DAUVISSAT est, avec Jean Marie RAVENEAU, le meilleur représentant de cette appellation.

 

Ses vins parlent pour lui !

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 07:02

MEURSAULT-2006-JFCD--2---500-.jpgEh oui...encore du COCHE-DURY !

Seriez vous lassé ?

 

Moi pas, et c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai ouvert cette bouteille de MEURSAULT issue du climat "les Narvaux" dans le merveilleux millésime 2006.

 

Les Narvaux, c'est une parcelle qui donne des vins assez complexes, qui demandent du temps pour se révéler.

 

Alors pourquoi l'ouvrir si tôt ? Bonne question...

PAR GOURMANDISE !! Eh oui, j'aime tellement les vins de Jean François COCHE DURY que je ne résiste pas , surtout dans un millésime aussi prometteur, le meilleur à mon sens après 2002, alliant finesse et puissance, ainsi que longévité.

 MEURSAULT-2006-JFCD--1---500-.jpg

Au nez, ce vin présente de beaux arômes complexes qui ne sont pas encore totalement unifié (normal étant donné l'âge), mais on sent une richesse qui flatte déjà les papilles !

La minéralité est présente, mais pas encore dans sa complexité future.

 

En bouche, ce vin est très gras et possède une vive tension. Tous les ingrédients sont là pour laisser imaginer ce que donnera un tel millésime à l'horizon 2015/2020...on devrait avoir une somptueuse bouteille !

 MEURSAULT-2006-JFCD--500-.jpg

Pour l'heure, c'est riche et gras, tendu savoureux, mais un peu fermé.

J'avais goûté cette bouteille il y a quelques mois, elle était bien plus ouverte qu'aujourd'hui. A l'évidence, ce vin est entré dans une phase de fermeture, mais les promesses qui s'annoncent méritent qu'on soit patient.

 

Le bonheur est au bout du chemin !

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 07:02

PULIGNY-2002-LEFLAIVE-Presentation--500-.jpgJ'étais content d'ouvrir cette bouteille ce soir, parce qu'il y avait deux belles raisons pour goûter un tel vin.

 

La première c'est le millésime 2002 pour les blancs de Bourgogne.

 

Je me souviens bien des dégustations faites sur le fût. Un millésime cristallin, d'une précision de terroir incroyable.

A mon sens c'est le plus grand millésime de Bourgogne blanc depuis 1992 (il dépasse même ce dernier auquel il manque un petit poil d'acidité pour lui permettre de franchir les années).

Le meilleur millésime de Bourgogne blanc des 20 dernières années, et surement au delà...peut-etre faut il remonter à 1979 pour trouver aussi bien.

 

La seconde raison de mon émoi, c'est qu'il s'agit d'un vin du domaine LEFLAIVE dont la régularité, la magie, le talent sont universellement reconnus.

 

Bref, je m'attendais à un beau truc, et je n'ai pas été déçu !PULIGNY-2002-LEFLAIVE--500-.jpg

 

Ma seule crainte était qu'il pût paraitre encore fermé, mais ce n'était pas le cas.

 

Le nez évoquait les fleurs, le fruit et le minéral, sans qu'aucun des trois aspects ne domine vraiment les deux autres. Un joli bouquet, plein de grâce, et qui annonçait la suite.

 

En bouche, c'était étonnamment gras, rond, très gourmand, l'acidité était parfaitement dans son rôle de support et de faire-valoir.

PULIGNY-2002-LEFLAIVE--1---500-.jpgCe vin emplissait la bouche et délivrait son message de finesse. beaucoup de subtilités pour cette bouteille qui n'est qu'une appellation "village". C'est dire la grandeur du millésime et le talent du vinificateur.

 

Grande longueur assez suave pour finir...

 

Un vin très équilibré, dont on ne regrette qu'une chose, c'est que la bouteille ne fasse que 75 cl...

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 00:00

EGLY-OURIET-2000--4---500-.jpgEGLY OURIET c'est un peu le "cousin" de jacques SELOSSE. Même philosophie, même recherche de perfection, même parti pris de vinification, bref, un vigneron exemplaire qui produit des Champagne d'une qualité rare, et qui sont extrêmement recherchés.

 

La bouteille est sobre (souvent plus que nous...) mais ce qu'il y a dedans suscite une juste réflexion.

 

Au nez, on sent une profusion d'arômes, c'est vraiment d'une richesse étonnante. La bulle est fine et abondante, les notes boisées dûes à la vinification en barrique tout juste perceptibles.

 EGLY-OURIET-2000--3---500-.jpg

Beaucoup de fraîcheur en bouche, d'allant, de rondeur, mais aussi une vraie distinction.

 

C'est un Champagne raffiné, aérien, en dépit des notes puissantes qu'll dégage en bouche, et l'allure générale révèle une vraie finesse d'expression.

 

Je ne suis pas un fou de Champagne, mais je dois reconnaitre qu'il y a matière à une véritable interrogation, en même temps qu'un certain respect.

 

Ca se boit facilement, et "il y a du vin là dedans" comme on dit.

 

Un joli moment tout en distinction.

Repost 0
Published by papada - dans vins
commenter cet article